Article

AFJE en région : un dynamisme et une motivation sans faille

par Carine Guicheteau
Vous aimez cette page ?

Toujours sur le pont, les délégués régionaux de l’AFJE rivalisent d’efforts et d’imagination pour assurer le rayonnement de la profession de juriste d’entreprise.

Propos recueillis par Carine Guicheteau

Pour commencer, pouvez-vous nous présenter votre région et votre délégation ? 

Kévin Appointaire (KA) : la Franche-Comté est un important berceau industriel français (Peugeot, Japy), secteur où l’on retrouve nombre de juristes d’entreprise. La délégation AFJE Franche-Comté date de 2016. Elle rassemble une trentaine de membres. Quant au bureau, il repose sur une équipe soudée et complémentaire de quatre juristes. Nous avons tissé des liens privilégiés avec les universités de Besançon et de Belfort, tant au niveau du corps professoral que des étudiants. L’objectif est de susciter des vocations ! 

Qu’appréciez-vous dans votre délégation ? 

KA : nous avons réussi à créer un collectif soudé. Nous sommes une grande famille où la convivialité et l’entraide, des valeurs chères à l’AFJE, sont une réalité. Nous avons plaisir à nous retrouver. C’est très agréable. 

Le métier de juriste d’entreprise souffre-t-il toujours d’un déficit de notoriété ?

KA : de tout temps, le métier d’avocat a été perçu comme une voie professionnelle noble. Mais le fossé avec la profession le juriste d’entreprise tend à se combler. L’image du juriste moderne a évolué très positivement. Ce n’est plus une femme ou un homme de l’ombre mais un expert au savoir-faire et aux multiples soft skills, reconnu comme tel. Aujourd’hui, il n’y a pas des avocats d’un côté et des juristes d’entreprise de l’autre, mais des juristes externes ou internes, complémentaires. 

Quels enseignements tirez-vous du confinement et de la crise ? 

KA : le confinement a accéléré l’adoption de certaines pratiques digitales et a mis en relief les besoins pressants en outils numériques. Je tire une grande satisfaction de la dynamique des régions au sein de l’AFJE, notamment sur ce sujet. Les délégations se sont mises à organiser des webinars, décuplant par là même la force de frappe de l’AFJE en matière de production de contenu. Le challenge maintenant est de transformer l’essai en continuant de proposer à nos collègues, à nos adhérents, ces formations de demain, à forte valeur ajoutée pour nos métiers.