Article

Parrainer un étudiant méritant

par Colm Mannin
Vous aimez cette page ?

Depuis huit ans, des juristes d’entreprise de Midi-Pyrénées, suivis depuis par des Auvergnats, accompagnent et donnent un coup de pouce à des étudiants en droit issus de milieux modestes. Retour sur cette belle et fructueuse initiative.

Par Colm Mannin, responsable National du programme de parrainage

À la suite des émeutes des banlieues de 2005, un groupe de juristes toulousains a mené une réflexion sur ce qu’ils pourraient faire à leur niveau pour contribuer à l’émergence et à la révélation des talents des jeunes issus des milieux les moins favorisés. Ils sont arrivés à la conclusion qu’une des manières d’assurer davantage de cohésion sociale passait par le fait de permettre à ces talents de se développer comme modèles de réussite professionnelle. Ainsi est née l’idée que des juristes d’entreprise acceptent de parrainer des étudiants en droit issus de milieux modestes afin de les aider à réussir leurs études et à faire leurs premiers pas dans la vie professionnelle. Lancé en 2008 avec le concours du doyen de la faculté de droit à l’université des sciences sociales de Toulouse, le programme a permis à une cinquantaine d’étudiants de bénéficier d’un suivi continu des juristes de la région, tous membres de l’AFJE. Depuis, les juristes de Limagrain et de Michelin ont lancé le programme dans leur région en partenariat avec l’université de Clermont-Auvergne. 

DE FUTURS PROFESSIONNELS DU DROIT 

Concrètement, il s’agit d’accompagner un étudiant à partir de la 3e année de droit (L3) jusqu’à son entrée dans la vie professionnelle. Pour ce faire, un juriste en exercice accepte de parrainer l’étudiant, jouant en quelque sorte un rôle de grand frère ou grande sœur pour l’aider à réfléchir sur la carrière qu’il souhaite mener et ce, même s’il se destine à un autre métier que celui de juriste d’entreprise. « Certains optent pour le barreau, quelques-uns postulent à la magistrature et nous avons même le cas d’un jeune étudiant brillant qui entend devenir professeur de droit et qui a probablement toutes les chances d’y parvenir », explique Antoine de La Chapelle, responsable de l’AFJE en Midi-Pyrénées. En découvrant le métier de juriste d’entreprise, beaucoup décident de se lancer sur cette voie, un choix qu’ils n’auraient pas forcément fait sans avoir eu la possibilité, à travers le parrainage, de découvrir la place du droit dans l’entreprise. Les étudiants parrainés bénéficient en outre de trois cours sur le métier de juriste d’entreprise. Le programme vise aussi à donner aux étudiants quelques "codes" que le monde du travail d’une manière générale et la communauté des responsables juridiques plus particulièrement attendent d’un futur salarié. 

L’APPORT DU PARRAINAGE 

Huit ans de pratique du programme de parrainage a permis de bien identifier les besoins des étudiants, lesquels s’articulent sur trois thèmes : la découverte de notre métier, le bon choix des masters et l’aide pour faire acte de candidature pour un stage ou un emploi. Les étudiants toulousains ont également la possibilité d’assister à des conférences et des séminaires de l’AFJE Midi-Pyrénées. En outre, chaque étudiant reçoit un abonnement au JEM pour la durée du parrainage, qui est généralement de trois à quatre ans. Cependant, c’est surtout le contact régulier avec son parrain ou sa marraine qui lui fait connaître le monde du droit en entreprise et il est souvent étonné de découvrir l’ampleur et la variété des situations que le juriste traite au quotidien. « Il faut dire que les juristes qui acceptent de parrainer des étudiants sont passionnés par leur métier et leur enthousiasme est contagieux   », remarque Antoine de la Chapelle. L’assistance à l’étudiant pour le choix de son futur métier est souvent précieuse surtout dès la 3e année, période où l’orientation est à la fois décisive et délicate. C’est en année de licence, par exemple, que l’on enseigne le droit du travail ce qui incite certains à vouloir se spécialiser dans cette matière alors qu’elle n’est généralement pas pratiquée dans les directions juridiques et que le barreau des plaideurs auprès de bon nombre de tribunaux des prud’hommes est saturé. Avec son expérience du terrain, le juriste peut souvent aider l’étudiant à choisir un métier plus porteur pour pouvoir ensuite l’orienter vers des masters 1 et 2 correspondants. De même, grâce à sa connaissance des besoins des directions juridiques et des cabinets, le parrain est bien placé pour suggérer des sujets de mémoire valorisants sur un CV. Quant à l’aide pour trouver des stages puis un emploi, même si le parrain ne peut pas toujours, pour des raisons logistiques ou budgétaires, prendre l’étudiant dans sa propre direction juridique, le réseau AFJE permet souvent de trouver un stage et parfois même un premier CDD ou CDI dans une autre entreprise. Les candidats aux parrainages sont sélectionnés parmi les étudiants bénéficiant d’une bourse, ce qui garantit un bon niveau académique. Travailleurs et déterminés, ils abordent leurs stages et premiers emplois dans l’optique de réussir leur vie professionnelle. 

UN PROGRAMME BIEN RODÉ

 L’expérience des huit premières années a, en outre, permis de perfectionner le contenu et le déroulement du programme. Désormais, les étudiants sont sélectionnés sur dossier, avec lettre de motivation et entretien en vue de trouver des parrainages correspondants autant que possible aux domaines de droit qui les intéressent. Les étudiants, enthousiasmés par le programme et avides de suggestions, ont adopté l’outil Slack pour communiquer entre eux et avec leurs parrains et marraines. De même, à leur suggestion, des attestations de parrainage leur sont fournies à l’appui de leurs dossiers de candidatures pour des M2. C’est aussi avec leur concours que Tristan Carayon, juriste chez Pierre Fabre et parrain d’étudiants de plusieurs promotions, a pu lancer les stage dating de l’AFJE en Midi-Pyrénées, très courus autant par les juristes de la région que les étudiants. Cette année, pour la première fois, le programme a pris une petite dimension internationale en s’appuyant sur le réseau des membres de l’AFJE à l’étranger. En effet, Hélène Muzziotti, de la promotion actuelle, ayant voulu s’intéresser au droit bancaire, sa marraine, Claire Dumontelle de Téléspazio, lui a conseillé de s’orienter vers le secteur plus porteur du financement de projets. Dublin étant un grand centre de financement international, Hélène s’est aussitôt